Douche

Une douche est un jet d'eau dirigé sur le corps qui est généralement pratiqué pour des raisons d'hygiène ou dans un but thérapeutique.



Catégories :

Plomberie - Hygiène

Recherche sur Google Images :


Source image : www.santenature.fr
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Et puis la douche est un gain d'espace phénoménal! Le bain est reposant dans ce cas on... est meilleure pour l'environnement que le bain, qui use énormément d'eau.... (source : web-libre)
  • Le rideau de douche est une alternative, mais ce n'est pas la plus efficace.... panneau aux conduites d'amenée et d'évacuation d'eau de la salle de bains.... (source : homecocooning)
  • Assortit idéalement l'autres bain de collection de tombes et baquet/ douche de robinets -8 3/8 " long jet d'eau pour la convenance supplémentaire... (source : archiexpo)
Une pomme de douche projetant de l'eau

Une douche est un jet d'eau dirigé sur le corps qui est généralement pratiqué pour des raisons d'hygiène ou dans un but thérapeutique.

Par métonymie, une douche sert à désigner l'équipement ou l'endroit aménagé pour se doucher. L'appareil qui sert à prendre des douches se compose généralement d'une pomme de douche (fixe) ou d'une douchette (pommeau) (mobile) reliée à des robinets qui contrôlent l'arrivée d'eau froide et d'eau chaude. Les douchettes respectant les traditions ont un débit moyen compris entre 12 et 40 litres par minute[1].

Des cabines de douche, prêtes à poser, sont commercialisées dans le commerce pour être installées dans une salle de bains, une chambre ou des combles. Certains modèles disposent de fonctions complémentaires (hydromassage, bain de vapeur, etc. ).

Origines

Une douche bricolée par des militaires français au cours de la Première Guerre mondiale.

Des peintures et fresques murales égyptienne et grecque attestent de l'origine antique de la pratique de la douche, qui existe certainement depuis que l'homme est capable de stocker et de verser de l'eau. À Delphes, au Ve siècle av. J. -C. , les gymnastes prenaient des douches d'eau froide versées par des bouches d'animaux sculptés[2].

En France, la pratique de la douche a été introduite par Jean Pidoux, médecin à la Cour du roi sous Henri III[3]. Son ouvrage La vertu et usage des fontaines de Pougues et administration de la douche, publié en 1597, apporte les règles qui doivent être observées pour prendre des douches, dont il décrit les différentes formes[4]. Mais ses recommandations se heurtèrent rapidement à la méfiance du corps médical à l'égard de l'eau, reconnue comme facteur de propagation des maladies. Il faudra attendre la fin du XVIIIe siècle pour que le recours aux bains soit reconnu comme une pratique indispensable.

Sous l'impulsion des autorités politiques, les établissements de bains publics se développent à partir du XIXe siècle, mais la douche ne fait son apparition que vers 1872 suite à l'initiative du docteur Merry Delabost, médecin-chef français de la prison de Bonne-Nouvelle, à Rouen. Il proposa, pour perfectionner l'hygiène des détenus, de remplacer le bain en baignoire, trop long et trop cher, par un dispositif de douche collective avec des jets d'eau chaude individuels. Dans le Bulletin de la Société générale des Prisons, Merry Delabost explique : «Il ne s'agit point de procurer aux prisonniers une satisfaction de bien-être. La santé du détenu permet d'exiger de lui un travail dont le produit diminue d'autant les frais de l'emprisonnement.»[5].

Le dispositif de Merry Delabost est dans ce cas adapté par d'autres administrations avant de parvenir au grand public sous la forme d'établissements de bains-douches, dont le premier voit le jour à Vienne, en Autriche, en 1887. En France, des établissements publics de bains-douches sont créés par Charles Cazalet à Bordeaux en 1893 puis à Paris en 1899[6].

Pratique de la douche

Douche aménagée dans une baignoire et équipée d'un pare-douche.

Généralités

Douche de plage

La douche se prend généralement dans une cabine de douche, cabine particulièrement conçue à cet effet et pouvant aussi servir à soigner par son action massante et peut-être aromathérapique ; mais on peut aussi se doucher dans une baignoire, ou directement sur le sol, lequel doit être en pente convergente vers une bonde, avec ou sans enfoncement particulièrement aménagé. Une douche peut être aménagée par un rideau de douche et la pratique de la douche s'accompagne de l'emploi de produits lavants et de soins tels que le shampooing ou le savon.

Des douches publiques collectives existent aussi, surtout dans les campings, les salles de sport, partout où on peut pratiquer la baignade, mais aussi dans les prisons.

En outre, la douche fait partie des soins en psychiatrie, ainsi qu'en thermalisme.

Intérêt pour l'environnement

Une douche consomme moins d'eau (80 litres en moyenne) qu'un bain (150 litres). Pour économiser l'eau, la douche est par conséquent préférable au bain.

Références audiovisuelles
  • Dans le film Psychose, une femme est poignardée à travers un rideau de douche. Cette scène est l'une des plus connues du cinéma américain.
  • Douches froides est un film français d'Antony Cordier sorti en 2005.

Expressions

  • La douche écossaise (à ne pas confondre par le type de douche associé, la douche écossaise)  : Un comportement particulièrement contrasté
  • Prendre une douche froide

Sexualité

Deux pratiques sexuelles assez marginales, sont qualifiées de douche :

  • la douche dorée, tenant de l'ondinisme, qui consiste à uriner sur son partenaire ;
  • la douche romaine, tenant de l'émétophilie, qui consister à vomir sur son partenaire.

Notes et références

  1. EcoXygen : douchette
  2. Françoise de Bonneville, Le Livre du bain, Flammarion, 1997, p. 20
  3. Léon Petit, «Le Poitevin Jean Pidoux, médecin du roi, introducteur de la douche en France et créateur du mot», in Les Cahiers de l'Ouest , n°27, janvier-février 1959, pp. 50-59
  4. Paul Rodet, Les médecins à Pougues aux XVle, XVIIe, XVIIIe siècles, éd. Alphonse Lemerre, 1887 ([pdf] texte en ligne et fac-similé de l'ouvrage de Jean Pidoux)
  5. François Merry Delabost, «Bains-douches de propreté, leur application dans les prisons cellulaires», Bulletin de la Société générale des Prisons, 1888, Melun, p. 2-3
  6. Dr Feltgen, Le Dr Merry Delabost, inventeur de la douche ?, Groupe Histoire des Hôpitaux de Rouen, 2000 ([pdf] texte en ligne)

Voir aussi

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Douche.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu