Lance d'incendie

Une lance d'incendie est un système servant à projeter de l'eau ou de la mousse pour éteindre un feu. La lance est reliée à un tuyau qui achemine l'eau depuis le fourgon d'incendie ou depuis la motopompe.



Catégories :

Lutte contre l'incendie - Robinetterie - Plomberie

Recherche sur Google Images :


Source image : fr.fotolia.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • C'est légèrement l'idée du jet d'eau ou de gaz.... Ce qui est valable pour la lance d'incendie est évidemment valable aussi pour les fusées, où l'eau est ... (source : accrodavion.jexiste)

Une lance d'incendie est un système servant à projeter de l'eau ou de la mousse pour éteindre un feu. La lance est reliée à un tuyau qui achemine l'eau depuis le fourgon d'incendie ou depuis la motopompe.

Lances troncôniques

Les premières lances qui ont été crées sont de simples cônes tronqués et creux en laiton, dont le rôle est de donner la direction au jet d'eau (ce que ne permet pas le tuyau seul à cause de son absence de rigidité) et d'accélérer le déplacement de l'eau dans ce dernier. Elles sont pourvues de robinet, sous la forme d'une poignée allant d'avant en arrière (à boisseau), permettant d'ouvrir et de fermer le jet.

En France, on utilise essentiellement quatre types de lances tronconiques — le premier nombre indique le diamètre d'entrée en millimètre, le second le diamètre de l'ajutage (sortie)  :

On dispose avec ces lances d'un seul type de jet, le jet droit en position ouverte, ou le jet diffusé en position semi ouverte.

Lances à mousse

La lance à mousse est un mélange d'eau et de produit chimique, qui, propulsé sur une grille particulièrement fine provoque la création d'une mousse. La lance à mousse est particulièrement efficace contre les feux de voiture. La lance à mousse est une simple lance a main sur laquelle on ajoute un fut tronconique qui va permettre la création de la mousse. Avant la lance se place un injecteur proportionneur sur lequel arrive un flexible d'agent emulseur. Cet injecteur fonctionne sous le principe de Venturi, c'est à dir que le déplacement d'un premier fluide (eau) permet l'aspiration d'un second fluide (emulseur). après l'injecteur, les tuyaux sont remplits non pas de mousse mais d'un mélange eau-emulseur. La crétation de la mousse apparait lors du passage dans le fut tronconique au contact de l'air

Lances à débit et jet réglables

Cette génération de lances succède aux lances dites "respectant les traditions", ou lances tronconiques, simples cônes tronqués.

La sémantique DSC lui attribut le nom de "lance à débit et jet réglables" (voir GNR "équipes en binômes : utilisations des lances à eau à main" en bas de page) à la place du terme inapproprié de "lance à débit variable" qui ne prend pas en compte la possibilité de réglage du jet

Sur ces lances, de conception récente, le robinet avant-arrière sert à régler le débit du jet tandis qu'une bague tournante règle la forme du jet :

La notion de jet diffusé est apparue en 1950 sur proposition du chef Lloyd Layman du Parkersburg W V Fire Department (États-Unis).

Les lances les plus récentes sont pourvues d'une poignée ergonomique de type pistolet. Ces poignées permettent de favoriser la prise en main de la lance, facilitant la progression du porteur.

Selon les marques les caractéristiques peuvent fluctuer, tel le réglage du débit qui peut se régler au moyen d'une bague en lieu et place de la poignée.

Il convient de toujours tester les lances afin d'en évaluer les réelles capacités hydrauliques. Par exemple : Lors de l'utilisation d'une lance de marque LEADER modèle Ultimatic FO7 type lance 40 affichée à 500 L/min pour 7 bars de pression : Il convient de demander 8, 7 bars afin d'atteindre les 500 L/min à la lance.

Les différents débits théoriques envisageables sont déterminées par le diamètre de la lance (une modification de pression à la lance entraine une modification de débit)  :



Dévidoir tournant

Dévidoir tournant à tuyau semi-rigide d'un GFLF SIMBA 6×6 (service de ncendie de l'aéroport de Berlin)

Le terme «lance du dévidoir tournant» (LDT) sert à désigner une lance fixée de manière permanente à un tuyau semi-rigide enroulé sur un dévidoir fixé au fourgon d'incendie, à la manière d'un robinet d'incendie armé. La LDT est utilisé pour l'extinction des petits feux d'extérieur, de type feu de poubelle.

Elle a été crée en 1895 [1] par le Régiment des sapeurs-pompiers de Paris, où elle équipait les véhicules appelés «Premiers secours électriques» ; elle avait un diamètre de 7 cm et un débit de 50L/min. En 1923, le diamètre passa à 8 cm et le débit à 72 L/min. Vers la fin des années 1990, la lance fut remplacée par une LDJR, avec un débit maximal de 150 L/min [2].

Elle est toujours utilisée en 2007 en France pour des feux d'extérieur à cause de la facilité de sa mise en œuvre, mais est progressivement abandonnée à cause de son débit insuffisant comparé à la chaleur dégagée par l'incendie : l'ensemble des sapeurs-pompiers morts dans des feux urbains manipulaient une LDT…

Débit

Lors d'un incendie en volume clos ou semi-ouvert, une des priorité est le refroidissement des fumées par évaporation de l'eau, pour limiter le risque de phénomène thermique et la propagation du feu par les fumées. Si toute l'eau sortant de la lance est évaporée (ce qui est le cas pour un jet diffusé), on peut calculer aisément la puissance thermique absorbée selon le débit :

soit au total 2 614 J par gramme d'eau, par conséquent 2, 614 MJ par litre d'eau (un litre représente un kilogramme). Il suffit de multiplier le débit en litre par seconde par cette valeur pour connaître la puissance absorbée :

P = 2, 614 · D/60 (D = débit en L/min, P en mégawatt)
Puissance thermique absorbée selon le débit
Débit Puissance
en L/min en L/sec
40 0, 67 2, 4 MW
100 1, 67 4, 4 MW
150 2, 5 6, 5 MW
400 6, 67 17, 4 MW
500 8, 33 21, 8 MW

Le tableau précédent considère que la totalité de l'eau s'est vaporisée (rendement de 100 %). Le meilleur rendement s'obtient avec une jet diffusé (cône large constitué de gouttelettes), et est de l'ordre de 90 %, par contre, la portée du jet est particulièrement faible. Un jet droit a un particulièrement mauvais rendement (une grande partie de l'eau ne se vaporise pas mais ruisselle), par contre, il a une grande portée.

Une LDT a un débit d'environ 40 L/min ; cela représente un capacité de captation thermique d'environ 2, 5 MW.

Une LDJR 500 a un débit variant d'environ 40 à 500 L/min, soit un pouvoir d'absorption de chaleur d'environ 6 MW à 150 L/min et d'environ 20MW à 400 L/min ;

Liens externes

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Lance_d%27incendie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu