Plombier polonais

Le plombier polonais est une expression popularisée en France au printemps 2005 lors du débat sur le projet de traité constitutionnel européen, par référence à un projet de directive, particulièrement impopulaire en France, présenté par l'ex-commissaire...



Catégories :

Plombier célèbre - Plomberie - Expression ou néologisme politique

Recherche sur Google Images :


Source image : ap.ecopolit.eu
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le plombier polonais est -il mort ? La loi 2 août 2005 et le détachement...... Néanmoins, la loi française n'est pas en porte-à-faux avec la directive qui... (source : hal.archives-ouvertes)
  • Tout savoir sur L'affaire du plombier polonais, Stéphane Marchand et les autres nouveautés.... le plombier polonais est beaucoup à l'origine de l'échec du référendum... Le débat sur la directive Bolkestein, qui vise à autoriser les ... (source : livre.fnac)
  • Mais cela ne manque pas d'habileté : la figure du plombier polonais est en effet.... La directive Bolkestein, avant d'être hypocritement reniée par nos... (source : humanite)
Piotr Adamski, mannequin détournant le concept de "plombier polonais"

Le plombier polonais est une expression popularisée en France au printemps 2005 lors du débat sur le projet de traité constitutionnel européen, par référence à un projet de directive, particulièrement impopulaire en France, présenté par l'ex-commissaire Frits Bolkestein.

On trouve l'expression sous la plume ironique de Philippe Val, dans un dossier du numéro de Charlie Hebdo de décembre 2004, mais c'est Philippe de Villiers qui a génèré l'importante médiatisation du concept. La déclaration de Philippe de Villiers était la suivante :

«Cette affaire est particulièrement grave, car la directive Bolkestein autorise un plombier polonais ou à un architecte estonien de proposer ses services en France, au salaire et avec les règles de protection sociale de leur pays d'origine. Sur les 11 millions de personnes actives dans les services, un million d'emplois sont menacés par cette directive. C'est un démantèlement de notre modèle économique et social.» [1]

Cette expression est reprise sur le mode ironique et provocateur par Frits Bolkestein dans le journal Libération en avril 2005, invoquant comme justification du projet de directive, la difficulté qu'il a à trouver un plombier pour les aménagements de sa résidence secondaire à Ramousies dans le Nord.

Elle devient rapidement le symbole des polémiques entourant le référendum français sur le traité établissant une Constitution pour l'Europe. Les partisans du «Non» et du «Oui» se sont renvoyé la responsabilité de cette escalade. Les premiers accusant les seconds d'avoir découvert de toutes pièces une caricature conçue pour les discréditer. Les seconds accusant les premiers de ne pas avoir montré trop d'empressement à décrier une métaphore ambiguë faisant appel à la fois à la peur de transformations économiques ainsi qu'aux sentiments xénophobes.

Une affaire ultérieure de mai 2005 a été donnée par les médias comme illustration de cette expression quand on a découvert qu'une société portugaise ayant passé un contrat de sous-traitance avec France Télécom employait en France des ouvriers portugais selon les conditions de leur pays d'origine (durée légale du travail et salaire) – une pratique illégale, y compris sous le régime proposé par la directive services, et dénoncée par l'inspection du travail dès janvier 2005.

L'office du tourisme de Pologne a réutilisé cette image en se l'appropriant dans une publicité touristique. La publicité mettait en scène un mannequin avantageusement musclé, Piotr Adamski, déguisé en plombier, et indiquant que parce qu'il restait en Pologne, les Français devraient y venir pour le rencontrer[2]. L'office du tourisme polonais explique que par ce détournement, ils taquinaient les Français sur l'image négative de la Pologne véhiculée par ce cliché, tout en indiquant qu'ils n'avaient pas de rancune et par conséquent étaient prêts à accueillir des touristes français[3]. Adamski a ensuit été invité par Laurent Ruquier sur le plateau de son émission On a tout essayé.

Les nouvelles discussions et le retour dans l'actualité de la directive services sous une forme modifiée, en février 2006, réactivent l'emploi devenu récurrent de cette formule.

L'image du plombier polonais comme élément de dumping social venant concurrencer sur le plan salarial les travailleurs bien rémunérés reste ancrée, pour être reprise pour des situations identiques : le chef d'entreprise français Vighen Papazian (PDG d'Infodis), dénonce ainsi la concurrence «déloyale» des ingénieurs indiens, qu'il trouve toujours plus dangereuse que celle des plombiers polonais[4].

Notes

  1. Villiers : "La grande triche du oui", Interview de Philippe de Villiers, Le Figaro, 15 mars 2003
  2. Conférence de presse du plombier polonais
  3. 'Polish plumber'beckons French
  4. Vighen Papazian. Interview à Distributique, n° 543 du 17/01/2007, p 36.

Recherche sur Amazone (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Plombier_polonais.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 09/03/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu